Translate

mercredi 25 septembre 2013

TENKARA AU BRESIL



Le Tenkara ne se limite plus à l'hémisphère Nord mais s'étend aussi sur le Sud où beaucoup de pêcheurs ne se laissent pas intimider par les pseudo experts mais font évoluer la technique vers d'autres terrains de jeux.
Carlos Blatt s'intéresse entre autres aux côtes...

mardi 24 septembre 2013

TENKARA ONI FY PHEASANT BLACK

Masami Tenkara no Oni Sakakibara à l'étau...


Cette vidéo de montage représente très bien pour moi le principe "Plus tu en sais moins il t'en faut"; si tous les grands pêcheurs au Tenkara sont allés vers la simplification ce n'est pas par goût mais en tirant les leçons de quatre ou cinq décennies de pêche. 

dimanche 15 septembre 2013

LA FIN DU DEBUT...

Ce weekend est celui de la fermeture de la pêche dans les cours d'eau de première catégorie, les six mois que durent la saison de la pêche sont encore une fois passés bien trop vite. Enfin pas plus vite que les autres années en réalité mais celle-ci a été sérieusement entamée par des conditions météorologiques exceptionnellement mauvaises; hiver long et rude, printemps pourri et été caniculaire!

Je suis parti en début d'après midi par un temps clair et calme sur un secteur à quelques kilomètres de chez moi avec l'idée de pêcher sur le chemin du retour, prévoyant j'emmène deux cannes. L'automne arrivant, la région commence à être balayée par des vents puissants et je ne voudrais avoir à plier bagage sans coup férir à cause d'un enthousiasme de mauvaise aloi. Pour le reste je ne m'encombre pas, mon équipement se résume à une boîte qui ne contient qu'un modèle de mouche, une bobine de fluorocarbone en 12/100, un coupe fil et une ligne de 3 mètres 60. Pourquoi se déguiser en mulet pour aller à la pêche?



Si depuis quelques jours les températures ont radicalement baissé et que les nuits sont pluvieuses les truites n'en ont pas pour autant repris leurs activités normales, ils va sûrement falloir plus que ça pour que tout rentre dans l'ordre. 
La pêche aujourd'hui n'a pas été facile...


Mais je préfère quand même finir la saison par une sortie le dernier jour même si c'est difficile.
Comme le suggère le titre de cet article cette journée marque surtout pour moi le début d'une aventure halieutique: le Tenkara. J'ai appris un peu cette année et il me reste encore bien plus à apprendre...




dimanche 8 septembre 2013

RETOUR SUR LA BERENCE

Le coup du matin d'hier qui s'est soldé par une bredouille ne m'a finalement pas fait si mauvaise impression; c'est la fin de la saison et les conditions de pêche se sont sérieusement dégradées au cours des dernières semaines et cette sortie a été l'occasion, pas si fréquente, de rencontrer un vrai passionné de pêche à la mouche.
Mais je n'avais pas envie de passer ce dimanche matin à la maison; je décidai donc de retourner au ruisseau que j'avais pêché à l'ouverture, sûrement le seul endroit dans la vallée un tant soi peu abrité du vent de Nord Ouest qui domine largement depuis plusieurs jours.


J'arrive à neuf heures sur les abords d'un ruisseau quasiment à sec! Je ne m'attendais pas une pêche facile mais je me rends très vite compte  que ça va être extrêmement difficile. Il reste moins de vingt centimètres d'eau et elle est translucide comme rarement! Je peux littéralement compter les graviers sans me baisser!
Au cours des trois heures que j'ai passé sur la Bérence ce matin je n'ai repéré que trois truites; j'ai tenté ma chance sur chacune d'entre elles.


La première était sans doute la plus grosse mais surtout celle qui avait la meilleure vue; à peine dans mon champ de vision elle s'est réfugiée dans les racines d'un aulne. Au printemps elle ne m'aurait pas vu à cause de la teinte du ruisseau en crue mais nous sommes à la fin de l'été. Les règles du jeu ont changé.
La deuxième était moins prudente mais si elle a pris ma mouche au premier passage sans se faire prier elle s'est libérée très vite. Pas grosse, à peine maillée mais très nerveuse. 
Après ce décroché je fais une pause comme je le fais maintenant à chaque fois pour me reconcentrer. Je suis convaincu que pour réussir dans cette technique de pêche, surtout dans des conditions pareilles, il faut être parfaitement concentré et ne pas se laisser distraire par quoique ce soit.  Après un bon quart d'heure, je reprends ma progression et repère la troisième et seule truite capturée ce matin; elle est tranquillement installée derrière deux cailloux où l'eau forme un petit triangle parfaitement oxygénée. Un lancer arbalète légèrement en amont des deux cailloux envoie ma kebari pile en face de la truite. Elle la prend et se fait ferrer sans coup férir.


Ce n'est certes pas une truite comme on en voit dans les magazines mais c'est une truite réelle issue d'un ruisseau pauvre en nourriture où elles n'ont pas grande chance d'atteindre de grandes tailles. En tout cas j'ai mis toute ma patience et mon savoir faire pour la prendre et ça m'apporte bien plus de satisfactions que d'être un pêcheur frustré qui vient de se rendre compte que ses rivières ne peuvent pas produire de truites de plusieurs kilos.
J'ai finalement passé une excellente matinée et j'espère qu'il en est de même pour vous!

dimanche 1 septembre 2013

RETOUR VERS LE FUTUR

J'ai reçu hier par mon ami et fidèle lecteur Keiji Ito ces photos extraites d'un magazine de 1970, une époque où le Tenkara n'avait pas encore dépassé les frontières du pays du soleil levant...







J'aimerai bien savoir ce que pensent les pêcheurs Japonais qui ont connu cette époque de l'évolution du Tenkara depuis que cette technique de pêche est maintenant en train de se répandre partout dans le monde.

LES HAMECONS OWNER KUWAHARA


LES HAMECONS OWNER KUWAHARA

J'ai reçu hier matin par courrier les hameçons que j'attendais, il s'agit des OWNER KUWAHARA. Je cherchais des hameçons pour monter des mouches noyées qui puissent être de grande taille mais assez légères pour avoir une nage planante qui m' évite de trop m'accrocher au fond. Je pense avoir trouver un bon compromis avec cette référence. Ils ont une taille comparable au TIEMCO 3769 mais la hampe est plus fine.

Je ne leste pas mes mouches donc je dois tabler sur la densité des hameçons pour obtenir des vitesses de plongée différentes; les pêcheurs à la nymphe connaissent ce sujet puisqu'eux aussi ont compris depuis longtemps qu'une nymphe qui coule comme une enclume n'a pas grande chose d'intéresser les poissons.
Et il faut être honnête et reconnaître que les techniques de pêche lourde sont certes efficaces mais aussi incroyablement rébarbatives; je ne me vois pas lancer des nymphes Tchèques pendant une matinée de façon robotique.


video