Translate

samedi 3 mai 2014

INTERVIEW DE MASAMI SAKAKIBARA alias TENKARA-NO-ONI

J'ai l'honneur et le plaisir de vous proposer aujourd'hui une interview de Masami Sakakibara, un des plus grands connaisseurs du Tenkara. C'est en regardant une de ces vidéos que j'ai décidé de pêcher au Tenkara et Masami Sakakibara est pour moi une grande source d'inspiration car si je n'ai pas la prétention de me comparer à lui c'est quand même d'arriver à ce niveau de maîtrise qui me motive. J'espère que cette interview vous intéressera autant que ça m'a intéressé de la faire.

Je remercie au passage mon ami Hiroyuki Van Langen Schlucht pour sa précieuse aide en tant qu'interprète.

Christophe: Bonjour Masami-san, vous êtes un des pêcheurs au Tenkara les plus connus et respectés dans le monde et je vous remercie de m'accorder un peu de votre temps pour cette interview. J'ai regardé beaucoup de vos vidéos et lu tous les articles de votre blog et je me demande comment vous avez vous-même appris tout cela. Avez-vous reçu l'enseignement de quelqu'un? 

Masami: Personne ne m'a enseigné le Tenkara. Il n'y avait pas de pêcheur au Tenkara autour de moi. Bien que j'ai grandi auprès d'une rivière dans laquelle il y avait tant de Ayu et d'Amago, tout le monde pratiquait la pêche aux appâts naturels. Mon père m'a dit qu'il existait une technique de pêche appelée Tenkara mais mon père adorait la pêche aux appâts naturels.
J'ai essayé différentes techniques tout seul au début, utilisant des lignés tressées de pêche en mer. J'en ai tellement essayé que les poissons m'ont appris beaucoup sur la pêche: "Cette ligne n'est pas la bonne. Elle fait du bruit quand tu la lances sur la rivière. On s'en méfie."

Christophe: Vôtre style de Tenkara est reconnu et admiré pour son très haut niveau technique et c'est une source d'inspiration pour de nombreux pêcheurs au Tenkara à travers le monde, pouvez vous nous expliquer quel a été votre progression technique au travers des années? Quel est selon vous la meilleure voie à suivre pour un pêcheur qui souhaite améliorer ses lancers? 

Masami: C'est la passion pour le Tenkara qui m'a fait progresser. J'ai pratiqué le lancer tous les jours pour atteindre le niveau où je suis maintenant. Je me suis entraîné tous les jours avant et après mon travail avec une kebari dont j'avais supprimé la pointe par sécurité. C'est comme pour n'importe quel athlète. Entraînez vous, regardez les autres lancer et conseillez vous entre amis.

Christophe: Vous êtes connu sous votre nom mais également sous le surnom étrange de "Tenkara-no Oni", comment avez vous reçu ce surnom? J'ai lu il y a peu un article sur votre blog dans lequel vous avez écrit que la concentration est d'une des plus grandes qualités d'un bon pêcheur et j'ai remarqué dans nombre de vos vidéos que vous aviez développé un sens très particulier de l'observation et de l'approche des rivières et des poissons qui sont deux éléments très importants dans votre technique. Quel est à votre avis la meilleure façon d'approcher un cours d'eau pour se donner les meilleures chances de succès?

Masami: Mes camarades m'ont donné le surnom "Tenkara-no-Oni" en blaguant parce que mon visage leur faisait peur quand je pêchais. Il y a l'expression "鬼の形相になる”(*) au Japon.  C'est intéressant.
Concernant l'approche je crois pouvoir dire que c'est TOUT dans la pêche, acquérir beaucoup d'expérience, regarder et comprendre les conditions, déterminer si les poissons ont faim ou non et se décider de son approche en faisant de son mieux. 


Christophe:Vous avez dernièrement publié une série d'articles techniques sur votre blog et l'un d'entre eux traitait du "Sasoi", j'ai essayé d'appliquer cette technique dans ma pêche et je dois dire que c'est très efficace, même sur des poissons très craintifs; quelle est votre technique pour intéresser les poissons? Comment décidez-vous de pêcher en dérives inertes ou en "Sasoi"? 

Masami: Le "Sasoi" est une technique pour intéresser les poissons quand ils n'ont pas faim. C'est une technique pour exciter leur curiosité en faisant bouger une kebari devant leur yeux. Donc ce n'est pas efficace à chaque fois, les poissons ne se montrent pas toujours curieux. Je n'ai pas de technique préférée. J'utilise d'abord le "Sasoi" dans les grands pools et les endroits profonds. Je ne l'utilise pas en premier dans les endroits "normaux". Dans les grands pools les poissons ne montent pas en surface donc j'utilise le "Sasoi" en premier en faisant bouger la mouche lentement. 
Ce que j'aime ce sont les dérives naturelles et c'est une technique de dérive naturelle. Je décide de pêcher en dérive inerte ou en "Sasoi" en observant la rivière. Quand les poissons ne sont pas effrayés, quand ils seront intéressés. 



Christophe: Vous avez votre propre école de Tenkara et je me demande comment s'y déroule une journée typique. Il semble que les jeunes pêcheurs soient plus individualistes et que les clubs de pêche aient du mal à trouver de nouveaux membres, pensez vous que c'est à cause du progrès technologique qui permet de partager des informations et des connaissances sans se rencontrer ou plutôt à cause d'un changement profond dans la mentalité des pêcheurs? 

Masami: "Oni-juku" (L'école d'Oni) commence par le lancer, comment déchiffrer les conditions de la rivière, où la kebari doit être lancée et comment pêcher, c'est un enseignement avec de la pêche pratique. Une des particularités d'Oni-juku est que chaque élève a la possibilité de prendre au moins un poisson et c'est dur de trouver au Japon une école de Tenkara où chaque élève attrape au moins un poisson. Nous parlons aussi du Tenkara, des souvenirs de la rivière, nous montons des kebari et on fait un barbecue. Nous ne tenons pas compte de l'âge ni du travail, l'école repose uniquement sur le loisir. 
Comparés à ma génération les jeunes pêcheurs semblent avoir perdu la passion de la pêche. Les pêcheurs d'avant étaient plus techniques et cherchaient plus à progresser. Pour ma génération il était hors de question d'utiliser des plombs ou des hameçons lourds pour le Tenkara. Le Tenkara se pratique avec une ligne et une mouche à la densité gravitationnelle normale, la technique d'alors consistait à utiliser le courant de la rivière pour faire couler la kebari. Mais les jeunes pêcheurs utilisent des plombs ou des hameçons lourds pour pêcher plus facilement. Ils disent calmement que les plombs étaient utilisés dans le Tenkara des temps anciens. C'est vrai mais parce que les pêcheurs  professionnels devaient prendre du poisson par n'importe quel moyen. Quoi qu'il en soit les personnes qui s'intéressent à cette belle technique de pêche qu'est le Tenkara, qui est une tradition Japonaise, essaient de pêcher en se reposant sur leur seule technique et non pas sur leur équipement, des plombs ou des hameçons lourds. Parce que le Tenkara est merveilleux. Si vous voulez prendre plus de poissons, des appâts naturels et du plomb vous en feront prendre encore plus. 



Christophe: Comment voyez-vous l'évolution du Tenkara depuis que la technique a commencé à se répandre à travers le monde? Pensez-vous que cette pêche est sur le bon ou le mauvais chemin?  Pensez-vous que les occidentaux sont assez respectueux de la tradition halieutique Japonaise? Quelle est votre opinion sur les polémiques occidentales sur ce qu'est le vrai et le faux Tenkara? Il me semble que les pêcheurs Japonais sont plus intéressés par créer leur propre style que par avoir un avis sur celui des autres pêcheurs. 

Masami: C'est une bonne chose que ça se répande à travers le monde et que de plus en plus de gens découvrent cette pêche magnifique. Ne vous reposez pas sur votre matériel, relâchez autant de poissons que possible parce que leurs populations sont en baisse. Je pense que le Tenkara est un aspect de la culture Japonaise au même titre que le Judo ou le Kendo.
Chaque pays a une situation propre concernant les rivières et les poissons, il faut des cannes et des lignes plus fortes pour les pays où vivent des poissons plus gros (+ de 40 cm). Il faut aussi pêcher plus dur. C'est la même chose au Japon, certains aiment faire couler leur kebari avec des montages de type "nymphing". Je pense qu'on peut appeler cela du "nymphing tenkara".
La pêche à la mouche simplifiée produite par Patagonia aux Etats-Unis n'est pas du Tenkara, c'est de la pêche à la mouche simplifiée. J'adore le Tenkara ciblé sur les truites des rivières Japonaises et je veux étudier et trouver mon Tenkara. Les détecteurs de poissons, les hameçons lourds, les lignes plus faciles à lancer; le matériel évolue constamment mais nous n'en avons pas besoin. La level line est le summum dans l'évolution des lignes. Seule la technique compte.

Christophe: Vous venez de sortir une nouvelle gamme de cannes qui sont connues des amateurs de Tenkara comme vraiment uniques et exceptionnelles, pouvez vous nous en dire plus sur le concept de ces cannes? Il y a beaucoup de nouvelles marques de cannes Tenkara qui apparaissent régulièrement alors qu'est-ce qui différencie les cannes Oni des autres et quelle est votre canne préférée? 

Masami: Je fais les cannes Oni utilisables par tout le monde, et qu'il puisse lancer toute la journée. Et pour qu'elles soient des cannes avec des bonnes sensations quand on prend un poisson avec. Pour les gens qui veulent pêcher comme en compétition c'est mieux de prendre des cannes plus dures et qui peuvent aider à échouer le poisson plus vite. J'aime que les cannes Oni soient utilisées par des gens qui prennent du plaisir à prendre du poisson.
La Type I  (4m) a été plébiscitée par un blogger Américain comme la meilleure canne du monde. C'est une canne délicate mais précise.
La Type II (4m) est un peu plus rigide avant le scion mais elle garde la même légèreté. Elle est conçue pour les gens qui n'ont pas l'habitude de tenir une canne Tenkara. Elle peut échouer un poisson de 40 centimètres sans problèmes.
La Type III (3,4 m) est une version courte de la Type II. Je l'ai faite pour ceux qui veulent pêcher les petits cours d'eau. Elle est très légère et très précise.
Des pêcheurs ayant acheté la Type I achètent inévitablement la Type III pour la pêche en ruisseau. Les cannes Oni sont vraiment appréciées par les pêcheurs orthodoxes Japonais.

Christophe: Vous êtes connu pour pêcher avec des lignes très longues et je fais partie des amateurs qui espèrent un jour maitriser de telles lignes, quel conseil pouvez-vous nous donner? 

Masami: J'ai commencé à lancer des lignes longues parce que la rivière où j'allais souvent était large et torrentueuse et que je voulais attraper les poissons qui étaient de l'autre côté. Il y avait 12 mètres. Ceux qui pêchent les petites rivières n'ont pas besoin de lancer loin. C'est une technique qui répond à un besoin. Si vous voulez lancer de longues lignes il suffit de s'entraîner de toute façon. Il faut utiliser un level line assez grosse (Taille 4号). Quand vous arrivez à lancer 5 mètres, passez à 5,50 mètres etc. En faisant ainsi vous y arriverez.


Christophe: Quels sont vos projets pour l'avenir? Avez-vous déjà envisagé d'écrire un livre sur le Tenkara? 

Masami: Un livre sur mon Tenkara sortira vers la mi-Juin. Je travaille sur les derniers détails actuellement. Ce livre est en Japonais mais j'ai l'intention de le faire traduire en Anglais. Et l'école Tenkara Oni se déplacera  en Italie (Juillet) et aux Etats-Unis (Novembre). Pourquoi ne pas venir en Italie Christophe? 




Christophe: Je n'aurai sûrement pas la chance d'avoir du temps libre pour venir. Je vous remercie Masami-san d'avoir pris le temps de répondre à ces quelques questions qui je l'espère vous ont intéressé et je vous laisse conclure comme il vous plaît...

Masami: Merci à tous de vous intéresser au Tenkara. Il y a différentes techniques de pêche et le Tenkara est une minorité et chacun a une méthode un peu différente. Il est donc plus important de penser sa pêche selon ce que l'on recherche plutôt que de savoir si c'est bien ou pas. C'est un jeu avec la nature alors soyez prudents et appréciez le Tenkara. Profitez bien tous du Tenkara sur vos rivières! 
Je te remercie Christophe de m'avoir donné cette opportunité. Merci!