Translate

mercredi 2 septembre 2015

Tenkara sur la Shō-gawa avec Ajari et ses amis

Après une nuit de sommeil réparateur et un excellent petit déjeuner pris chez Sasaki-san je rejoignai mes compagnons à leur campement où tout le monde s'affairait en vue de la journée que tous allaient consacrer à la pêche. D'ailleurs au moment où je me joignais au groupe la conversation n'avait pas d'autre sujet, ce fût avec plaisir que je fis découvrir le contenu de ma boîte à mes compagnons et je dois dire qu'ils étaient un peu surpris de voir que le contenu était très Japonais alors qu'ils s'attendaient plutôt à des montages plus contemporains. 


Il faisait déjà chaud et il n'était qu'à peine 9 heures quand notre groupe se sépara, je saluai ceux qui allaient nous quitter et les remerciai de l'accueil qu'il m'avait fait la veille puis nous partions pour 
aller pêcher la Shō-gawa, rivière qui prend sa source au Mont Eboshi et qui traverse les préfectures de Gifu et de Toyama.


Arrivés au bord de l'eau nous laisserons Tadani-san pêcher le premier et grâce à son excellente technique il prit rapidement une première iwana puis une seconde. Nous commençâmes alors à pêcher et les captures s'enchaînèrent à un bon rythme. On peut traduire le nom "Iwana" par "poisson de roche" et ce n'est pas un hasard si on les pêche au ras des cailloux, dans les endroits les plus calmes des rivières, en faisant dériver sa kebari aussi lentement que possible. 


J'avançais de quelques mètres et observais Ajari et Kura-san pêcher et constatais que leur technique qui est couronnée de succès était vraiment très bien rodée: lancer précis et délicat, pas un centimètre de ligne en contact avec la surface, dérive parfaitement contrôlée. 


Ce premier spot où Ajari, Kura-san et moi-même prendrons une douzaine d'iwana avec des kebari n'ayant rien en commun mais utilisées de la même manière, la bonne!, restera longtemps présent à mon esprit. 












Nous pêcherons ainsi toute la matinée à seulement quelques mètres les uns des autres, exploitant toutes les zones calmes en pêchant vers l'amont et ensuite l'aval et cela fût payant. Cette rivière a une belle densité de poissons de belle taille. 


Après un peu plus de deux heures de pêche nous arrivions à l'embouchure d'un ruisseau d'une vingtaine de centimètres de large. Il y avait des pêcheurs à la mouche quelques dizaines de mètres en aval et nous commencions à avoir faim et la température avait fortement augmenté aussi mes compagnons décidèrent d'arrêter de pêcher. Ils remontèrent la berge puis s'installèrent sur le pont derrière moi et j'entendis alors Ajari me dire qu'il voyait une belle iwana lovée contre un caillou à l'embouchure du ruisseau. Je reculais de quelques pas pour me placer sous le pont et profiter de son ombre pour localiser avec précision le dit poisson et quand ce fût fait je déposais délicatement ma zenmai-dou à son amont. L'iwana la prit au premier passage. C'était une superbe yamato iwana. 


Ce superbe poisson relâché, je repliais ma canne le visage marqué du sourire des bons jours et nous partions déjeuner. Le repas fini nous reprendrons la route vers l'Ishigawa, une autre rivière de la région plus basse en altitude où vivent uniquement des yamame. Arrivés sur place nous passerons d'abord un moment sympathique à observer les poissons d'un pont mais nous ne traînons pas car la température très élevée cet après-midi là nous laissa penser que la pêche allait être difficile.

Effectivement elle le fût. C'est encore une fois Tadani-san qui captura le premier poisson. Le yamame est un poisson beaucoup plus craintif que l'iwana et il est très sensible aux vibrations émises dans l'eau. On est donc gagnant quand c'est possible à pêcher du bord. 


Chacun d'entre nous captura un yamame ce qui nous fît évidemment plaisir mais la chaleur de cet après-midi eût raison de notre motivation. Les poissons étaient très peu actifs et nous décidions de quitter la rivière après deux heures passées sur ses rives.


Nous remontions tranquillement la rivière et une fois revenus à notre point de départ l'heure était venue de dire au revoir à Kura-san et Tadani-san que j'étais sincèrement heureux d'avoir renontré après des mois de contact seulement sur Facebook. Ajari et moi allions prendre la direction de Takayama. J'ai vraiment passé un excellent moment avec eux et le groupe de l'Itoshiro. 


Salut les amis! Je reviendrai!