Translate

mardi 5 avril 2016

Première vraie sortie de la saison


Après l'annulation de la pêche le week-end dernier en raison d'une météo plus que défavorable je reprenais hier en milieu de matinée le chemin de mon ruisseau préféré en début de saison sans vraiment savoir à quoi m'attendre car pour l'instant les rivières majeures du secteur ont encore de l'eau très haute et fortement teintée. J'arrivais donc vers 10 heures et demi et j'eus la bonne surprise de constater que la hauteur d'eau avait bien baissé depuis le samedi de l'ouverture et était en bonne voie pour retrouver sa couleur d'origine qui lui va vraiment mieux que le gris de crue.


Comme toujours sur ce cours d'eau les poissons ne trahissent leur position que rarement, peu profonde et d'une largeur faible les truites y sont quand même quasiment impossibles à localiser visuellement, c'est au pêcheur de lire le courant et les postes potentiels pour y faire passer sa mouche. Je pêchais avec un modèle avec lequel j'aime pêcher, la zenmai-dou, et je fus surpris de la voir être prise en sèche dès le premier lancer. Pour moi que ne classe pas les montages en catégories comme "noyée" ni "sèche" mais qui aime les montages plus versatiles qui peuvent être utilisés à différentes hauteurs ce fût un bon moment. Truites et tacons se montrèrent très actifs à condition bien sûr que le kebari leur arrive directement dans la gueule. 



Après le déjeuner qui fût un peu plus ensoleillé que celui de l'ouverture je décidai d'aller en amont car sur le secteur pêché ce matin les traces de passage d'autres pêcheurs étaient bien plus nombreux qu'ils le sont d'habitude, les grandes rivières ayant encore des niveaux très élevés de nombreux pêcheurs se rabattent sur les petits cours d'eau qu'ils boudent habituellement. 


C'est dans ce virage que je reprenais la pêche, un lancer délicat et précis dans la bande calme au pied du tronc pourri me fît prendre ma première truite maillée de la saison.


Après l'avoir relâché je décidai de faire l'impasse sur un secteur que je connais bien et que d'une certaine façon je préfère me réserver pour plus tard et je remontai encore vers l'aval pour me rendre dans un coin où je n'ai pas pêché depuis longtemps. Chemin faisant, les traces de passage de pêcheurs s'estompèrent puis disparurent complètement ce qui pour moi état évidemment une bonne nouvelle car malheureusement certains pêcheurs ne laissent pas derrière eux que des traces de pas.  Je ne comprendrai jamais comment on peut prétendre aimer la pêche mais considérer que les berges des rivières soient des décharges. 


Il y a tout au long de la dizaine de kilomètres que mesure ce ruisseau de nombreux vestiges d'aménagement et ceux-ci fournissent bien souvent d'excellents postes à truite. Ma zenmai-dou avait séché chemin faisant et le poste situé à droite grâce aux restes de muret était tellement tentant que je ne résistai pas à y lancer ma kebari. Elle ne descendit pas le courant de cinq centimètres avant qu'une truite surgisse et la prenne. J'étais à vrai dire vraiment satisfait; cette truite était très belle et c'est avec plaisir et le sourire aux lèvres que je la rendis à son élément. 


Après ce moment de satisfaction et de joie je repliai ma canne, remettais ma ligne sur sa bobine et reprenais le chemin en sens inverse. C'était ma première sortie de pêche de l'année, elle s'est très bien passé et c'est bien là le principal.